L’école maternelle

Pour présenter l’école maternelle nous sommes allés discuter avec la directrice, Pascale Commeau, qui travaille à l’établissement depuis 9 ans. Elle nous raconte que l’école a commencé ses jours en 1965 mais qu’elle était située sur la place de la Pergola, tout proche de la caserne des gendarmes. L’école a déménagé à son emplacement actuel à la fin des années 70, au même moment que l’école élémentaire.

Aujourd’hui c’est une école avec 6 classes, 7 enseignantes et 172 élèves, soit plus de 28 élèves en moyenne par classe (ce qui semble être la norme dans les établissements toulousains). La base de travail pour les enseignantes est un projet pédagogique étalé sur les trois années qui a pour but « d’aider l’enfant à être lui-même » (citation). Ce projet global chevauche avec ceux de chaque niveau et chaque enseignante. Le souhait est de conserver une ambiance fédératrice entre les élèves de maternelle mais aussi avec ceux de l’école élémentaire. Pour créer cette bonne ambiance, souvent festive, l’école organise différentes activités comme le spectacle de l’école, la fête de noël, la fête de l’école, la chorale et la galette avec les élèves de CP, ou les moments de lecture que les élèves de CE2 offrent aux enfants de la grande section. Les enseignantes adaptent les techniques classiques d’enseignement aux besoins particuliers de chaque enfant. Les élèves profitent ainsi d’un suivi individualisé qui permet de déceler et corriger des éventuels problèmes d’apprentissage, comportementaux ou des possibles maladies.

Pour la plupart des enfants de cette école, la difficulté principale n’est pas d’acquérir les connaissances attendues ou d’adapter leur comportement à la vie en collectivité mais de lutter contre la fatigue. Cette fatigue est directement liée à la grande taille de l’établissement (l’idéal pour Mme Commeau ce serait 4 classes) et le temps qu’ils y passent. Les enfants sont en groupe toute la journée (28-29 par classe, 80 par service cantine, 57 par dormoir…) dans un environnement très bruyant. C’est pour cela, que la directrice insiste auprès de parents pour limiter le temps passé dans l’établissement en réduisant dans la mesure de possible le temps CLAE (Centre de Loisirs Associé à l’Ecole). Il est difficile d’imaginer à quel point la collectivité pèse aux enfants.

Les problèmes comportementaux et/ou d’apprentissage sont souvent solutionnés avec une étroite collaboration parents -enseignantes. Pour les cas où une aide externe est nécessaire, l’école peut mettre en contact les parents avec des professionnels pour que l’enfant bénéficie d’un accompagnement psychologique, une rééducation orthophonique, des services des hôpitaux des jour, des AVS (Assistante de Vie Scolaire) … Dans tous les cas, ce que l’école cherche est d’enlever l’inconfort de l’enfant pour qu’il puisse s’épanouir à l’école car « l’école maternelle doit être un moment de bonheur » (citation).

La taille de l’école et l’absentéisme non substitué, notamment des ATSEM (Agent Territorial Spécialisé des Ecoles Maternelles), sont pour Mme Commeau les deux points faibles de cette école. Le point fort : être située dans un parc.

Une école est vivante grâce aux enseignants et aux élèves mais les parents peuvent aussi y participer activement et Courrège les en encourage. Pour ceux qui souhaitent faire partie de la vie de l’école il existe différents moyens. L’accompagnement aux sorties c’est la voie la plus connue et utilisée (Mme Commeau nous explique qu’il n’y jamais des problèmes pour trouver de volontaires) mais nous pouvons aussi participer à la fête de fin d’année, prendre part à l’APE ou des conseils de l’école, ou même faire des petites interventions ponctuelles comme par exemple jouer de la musique ou préparer des spectacles de magie lors des activités organisées par l’école.

La présence de plus en plus fréquente dans les écoles des enfants avec des difficultés à suivre les règles, complique le métier d’enseignant de maternelle. Cependant nos maîtresses restent motivées grâce à la spontanéité des enfants et aux petites anecdotes rigolotes ou touchantes qui arrivent tous les jours.

L’évolution qu’on observe chez les enfants de maternelle est évidente, notamment dans l’aspect de l’autonomie. Ils sont petits lors qu’ils rentrent à « l’école des petits » mais ils sont devenus grands pour affronter sans peur « l’école des grands ».

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :