« Je vais te donner un conseil : les émotions, commence par les séparer, puis range-les chacune dans un flacon étiqueté. Ainsi tu y verras plus clair.
Si tu veux je peux t’aider à les reconnaître et à y mettre de l’ordre pour que tu retrouves ton bien être ».

A. LLENAS, La couleur des émotions, Quatre Fleuves, 2014

Les émotions : un élément essentiel de l’existence chez l’être humain…

Définies par Aristote comme des « sentiments qui changent l’homme en l’entraînant à modifier son jugement et qui sont accompagnés par la souffrance ou le plaisir », les émotions constituent un élément essentiel de l’existence chez l’être humain de manière générale et chez l’enfant tout particulièrement.

On ne le sait que trop, les émotions agissent sur les perceptions et les réactions de l’être humain. S’il est évident que les émotions sont l’épine dorsale de la vie, elles n’en demeurent pas moins une véritable énigme, surtout lorsqu’on aborde l’émotion chez l’enfant.

…mais une notion complexe et difficile à interpréter

La première chimère de l’adulte est d’appliquer la méthode analogique à l’enfant. Cette dernière, empruntée à la psychologie en première personne, consiste à analyser l’émotion de l’enfant en fonction de ses propres expériences. Ainsi, l’enfant crie puisque je lui ai dit non, c’est courant et commun.
Or le système des émotions de l’enfant est bien plus profond qu’un simple amalgame puisqu’en effet l’émotion constitue un phénomène complexe et il n’est pas évident que les modèles théoriques construits en psychologie pour en rendre compte se soient tous avérés pertinents empiriquement.

Il convient alors de s’interroger sur la manifestation des émotions chez l’enfant mais aussi sur leur gestion et leur prise en compte par l’adulte afin de les accompagner.


La « gestion » des émotions chez l’enfant

Avant de nous intéresser spécifiquement aux émotions des enfants ; circonscrivons tout d’abord la formule usitée, à savoir « la gestion des émotions ».
Du latin gestĭo, le concept de « gestion » se réfère à l’action et à l’effet de gérer ou d’administrer. Gérer, c’est prendre des mesures conduisant à la réalisation d’un souhait quelconque. Administrer, c’est gouverner, diriger, ordonner ou organiser.
Ainsi l’expression « gestion de émotions » vise donc l’appropriation de ces dernières par l’enfant en vue de répondre à ses besoins.

Avant toute chose, la gestion des émotions devrait occuper « une position centrale dans l’éducation, car le rapport que l’enfant à ses émotions compte pour beaucoup dans la définition et la structuration de son identité ainsi que dans son rapport au monde extérieur ».(1)

Inviter l’enfant à accueillir ses émotions

Le premier principe semblant ici indéfectible c’est d’accepter que l’émotion, quelle qu’elle soit, n’est jamais mauvaise en soi puisqu’elle est le témoignage d’un besoin satisfait ou non.

En aucun cas il ne faut chercher à bâillonner l’expression de l’émotion chez l’enfant. En effet, il a été prouvé qu’un enfant, qui dès son plus jeune âge, a appris à accueillir et à vivre ses émotions pourra développer non seulement son empathie mais aussi et surtout sa confiance en lui et ses capacités.(2)

Y a-t-il vraiment de bonnes et mauvaises émotions ?

Force est de constater, qu’encore aujourd’hui, la gestion des émotions ne requiert pas de la part de tous, la considération qui devrait lui être apportée.

Malheureusement, encore au XXIème siècle, le rapport à l’émotion se trouve enchaîné à des jugements de valeurs qui peuvent s’avérer être d’une extrême dangerosité pour l’enfant. Par ignorance ou par éducation, certains décident qu’il y a de « bonnes émotions et de mauvaises émotions », et transmettent cette croyance, qui leur est propre, aux enfants.

Cette position est extrêmement néfaste dans la construction de l’enfant. En effet, ce dernier interprétera vite que si certaines émotions sont acceptées par l’adulte, car elles sont suivies d’attention, d’amour…d’autres au contraire doivent être niées car elles lui apportent conflits, dévalorisation ou bien pire humiliation. L’enfant développera alors un rapport conflictuel avec ses émotions, ce qui porte des conséquences délétères quant à sa construction, puisqu’il viendra à nier certains traits de sa personnalité. L’enfant sera amené à penser que certaines de ses émotions doivent être dissimulées car mauvaises.

Ne l’oublions pas, aucune émotion n’est mauvaise en soi.

« Les émotions et les sentiments ne sont pas une luxure, ils représentent la manière de communiquer nos états mentaux aux autres personnes. Ils sont aussi un guide pour pouvoir prendre des décisions ».

Antonio Damasio
Travail de la dernière période sur les émotions, en classe MGS6 avec maîtresse Klémentyne

L’immaturité cérébrale de l’enfant

Comprendre et apaiser au lieu de punir

Il faut dès lors revenir sur le développement de l’enfant et l’immaturité de son cerveau. L’enfant subit des tempêtes émotionnelles parce que son cortex préfrontal n’est pas encore assez mature, donc lorsqu’il est soumis à des choses difficiles, qu’il est en insécurité affective, c’est son cerveau émotionnel et archaïque qui va dominer et le conduire à taper, mordre, se jeter par terre, hurler. C’est alors l’immaturité cérébrale qui explique son comportement, et rien d’autre !

Il faut éprouver empathie et compassion, car l’expression de ces émotions n’est pas délibérée. Quand l’enfant est en proie à ses émois, il faut les comprendre, les apaiser au lieu de le punir et aider l’enfant à les exprimer.

Ainsi, nous accompagnons l’enfant dans la maturation de son cerveau. L’adulte ne doit pas laisser l’enfant seul face à ses tourments, car comme l’explique Isabelle Filliozat :

« L’enfant voit le monde depuis ses propres yeux. Gardons-nous de juger ses réactions. Écoutons d’abord. Cherchons à identifier ce qu’il vit, comment il associe les choses, ce qu’il ressent et ce qu’il se dit ».

I. FILLIOZAT, Au cœur des émotions de l’enfant, Comment réagir aux larmes et aux paniques, Marabout Poche, 2019

Antonio Damasio, Professeur en neurologie, neurosciences et psychologie insiste sur l’importance de comprendre le circuit cérébral des émotions, car elles permettent à l’enfant de se connaître lui-même et de développer son sens éthique et moral. Ainsi les comprendre, les identifier, les exprimer et les gérer sont indispensables à la construction de l’enfant.

Les émotions ou l’expression d’un besoin assouvi ou non

Appréhender la nature et le rôle des émotions chez l’enfant demande nécessairement la prise en compte de la notion de « besoin ».

Nous le rappelons ici encore une fois, les émotions révèlent TOUJOURS la satisfaction ou non d’un besoin. Il est évident que les émotions manifestant un besoin inassouvi ne sont pas agréables pour l’adulte qui y est exposé, mais pour autant elles n’en sont pas « mauvaises » ; elles sont juste le révélateur d’un besoin à satisfaire pour permettre à l’enfant de se construire et de grandir dans de bonnes conditions.

S’il est décrété par l’adulte que l’émotion éprouvée par l’enfant est malfaisante, disproportionnée ou injustifiée, alors par un effet de ricochet il en sera de même pour les besoins non assouvis, expression de ces émotions. C’est alors une inversion des valeurs qui se produit, l’enfant carencé pourra alors développer des mécanismes de défense, appelés par les psychologues des « stratégies compensatoires », qui elles sont toxiques pour l’enfant et pour les autres.

Mettre un mot sur une émotion

Une fois la prise de conscience de l’importance de la gestion des émotions chez l’enfant, se pose alors la question du Comment ? Comment identifier ces émotions polymorphes quand nous nous sentons dépourvus face à leur manifestation ?

Extérioriser une souffrance permet de se libérer

Il faut avant toute chose laisser l’enfant exprimer son émotion et surtout ne pas lui demander de la contenir. Accompagner son enfant dans la décharge des pleurs, des cris…toutes ces manifestations sont une extériorisation de sa souffrance, cette démonstration lui permet de se libérer.

Si l’enfant n’arrive pas à s’exprimer ou à nommer ses émotions, proposons-lui un panel, « as-tu peur ? Es-tu en colère ?… ». Peter Salovey, psychologue américain spécialiste des émotions et président de l’Université de Yale, rappelle qu’il est indispensable que l’enfant puisse nommer ses émotions afin que ces dernières ne se matérialisent pas sous la forme de violence ou d’anxiété causée par la frustration.

Quels outils pour accompagner les émotions ?

Il n’y a pas de « recettes magiques » quant à la gestion des émotions des enfants, cependant différents outils peuvent être utilisés dans l’accompagnement de celles-ci. En effet, il y a la théorie, quand on parle des émotions à l’enfant et la pratique, quand on utilise des supports pour que les propos soient assimilés. La théorie ne suffit pas, les émotions font travailler le cerveau intellectuel et le langage. L’utilisation des outils permet à l’enfant de prendre de la distance et de développer sa capacité à recevoir le message.

Des ouvrages sur la gestion des émotions

La bibliothérapie est sans nul doute la base théorique de la gestion des émotions. De nombreux ouvrages adaptés aux enfants relatent celle-ci(3) et permettent à l’enfant de mettre des mots sur ce qu’il ressent. Pour autant, l’histoire ne suffit pas, il faut expliquer, échanger, mettre en scène. Il est alors question ici de « l’intelligence émotionnelle » qu’Isabelle Filliozat nomme « l’intelligence du cœur ».

Des jeux et activités pour se connecter à son ressenti

Différents jeux peuvent alors être mis en place comme un rituel où l’on invite l’enfant à nommer ses émotions(4) lui permettant lorsqu’il sera sujet à en rencontrer une, de pouvoir la gérer parce qu’il saura l’identifier.

Différentes activités peuvent être pratiquées, comme la sophrologie ludique ou le yoga adapté à l’enfant, qui lui permettront de prendre conscience de son corps, de se situer dans l’espace, de se connecter à son ressenti, de se détendre et d’apprendre à gérer ses émotions.

Le théâtre peut également être un outil formidable d’appréhension de gestion des émotions, puisque les personnages interagissent et vont mobiliser l’attention de l’enfant. La musique, la danse, le dessin…toute activité pouvant permettre à l’enfant de manifester l’expression de ses émotions sera une épopée fantastique dans la gestion de ces dernières. L’essentiel étant d’adapter l’outil aux besoins (encore eux) de l’enfant et d’analyser sa réception à l’égard de ces outils.

Se laisser guider par l’enfant et ses capacités

Dans la gestion des émotions, il s’agit de faire confiance à l’enfant, de se laisser guider par lui, car lui seul a le pouvoir et les capacités de nous indiquer si ses besoins sont satisfaits ou non.
Un enfant qui se sent accueilli dans ses émotions et reconnu dans ses besoins pourra alors s’éveiller et grandir dans la confiance, la joie, la sérénité….

Puisque les émotions sont au cœur de l’existence, puisque « sans émotions, on ne peut avoir une vie qui ait un sens »(5), accompagnons nos enfants dans l’apprivoisement de cette intelligence du cœur.


Article rédigé par Emilie.


(1) F. BURRI, L’émotion chez l’enfant, https://doi.org/10.7202/032338ar, 12 juin 2016).


(2) Voir en ce sens, Au cœur de l’éducation positive, Hors-sérien°3, Psychologie positive.


(3) A. LLENAS, La couleur des émotions, Quatre Fleuves, 2014 ; A. CHIEN CHOW CHINE, Gaston La licorne, mes émotions, Hachette enfants, 2018 ; C. GABRIEL, Quelle émotion ?!Comment dire tout ce que j’ai dans le cœur…, Mila Editions, 2017 ; L. NIELMAN et T. MANES, Mon temps calme avec Noah le Panda, Coll. Petit zen, Fleurus, 2016 ; L. NIELMAN et T. MANES, Martin le lapin a trop de choses dans la tête, Coll. Petit zen, Fleurus, 2016 ; L. NIELMAN et T. MANES, Anémone l’oursonne est en colère, Coll. Petit zen, Fleurus, 2017 ; L. NIELMAN et T. MANES, Eugène le Renne en veut toujours plus !, Coll. Petit zen, Fleurus, 2019.


(4) A. LLAMAS, J.M. ALLUE, D. GOMEZ, Le jeu de société Le monstre des Couleurs, Purple Brain, 2018.


(5) C. GUEGUEN, Pour une enfance heureuse, Pocket, Coll. Dév’personnel, 2015.


Un commentaire sur « 15/01/2020 – Au cœur des émotions de l’enfant »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.