« On ne fait pas ce que l’on veut, et pourtant on est responsable de ce que l’on est. »

Sartre

Depuis plusieurs semaines, le Covid 19 s’est invité dans nos vies …
Ce virus nous contraint, nous angoisse, nous limite. Il a fait vaciller nos certitudes, ébranle nos quotidiens, confisque nos élans …
Il régit nos échanges, impose restrictions et distanciations.

Il emprisonne nos sourires sous des masques, suspend nos embrassades, empêche nos retrouvailles… Il a fait taire les rires joyeux des cours d’école et flèche nos parcours à chacun de nos pas. Nos repères sont devenus flous et nos lendemains embrumés …

Mais peut-on trouver du positif dans cette épreuve que nous traversons ensemble ?
Ne pouvons-nous pas nourrir l’espoir qui nous guide, de ce que nous avons su, pu, voulu, trouver de bon, trouver de sens dans ce temps troublé ?

Et si l’on prenait le temps de regarder
ce que l’on a su créer de beau dans la tourmente …

« A l’homme, rien n’est plus utile que l’homme.»

Spinoza

Durant cette période, nous nous sommes réappropriés le lien humain, le lien social, l’appartenance à un « nous ». Nous avons apprivoisé la perception que nous avions de nos semblables, connus ou inconnus… Nous avons restauré le lien fraternel, sincère, gratuit et profond.

Ce virus qui planait au dessus de chacun de nous, n’est pas parvenu à isoler nos cœurs et nos consciences. Bien au contraire. Nous avons réinvesti notre Fraternité. Celle là même qui raisonne dans notre devise nationale. Si notre notion de liberté a été mise à mal, la fraternité, elle, a pu être érigée en rempart … En rempart à nos doutes, à nos isolements, à nos incertitudes.

Que d’exemples resteront ancrés en nos mémoires …

Que d’images fraternelles défileront encore en nos têtes …

De Paris à Marseille, d’Alsace en Corse, de la Métropole aux territoires ultramarins, tant d’initiatives individuelles et collectives ont écloses. Partout, nous avons vu fleurir du lien, de l’entre aide, du «ensemble». Tous ces gestes, tout ce sens trouvé dans notre unité, nous ont réappris à faire corps

« Le monde auquel je suis est toujours un monde que je partage avec d’autre. »

Heidegger

Souvenons-nous des applaudissements de 20h emplis de gratitude et de fierté, de la musique aux balcons, des concerts de casseroles, des saluts aux fenêtres … Souvenons-nous des dessins d’ enfants sur les containers poubelles, des artistes qui chantent la solidarité, souvenons-nous que nous avons choisi comme résistance à l’effroi et à la peur …

Devant l’angoisse générée par ce service public en tension, meurtri… mais debout, dont parfois même nous remettions en cause l’ efficacité, nous avons su agir.

Nous avons su regarder, entendre, respecter, et surtout remercier. Nous avons soutenu et préservé. Nous avons accepté consignes et restrictions. Nous avons appris à changer de notion de temps, de notion de distance, de notion d’urgence. Nous avons renoncé à notre liberté, pour mieux lutter, les uns pour les autres, les uns avec les autres . Nous avons mis de coté le « contre » pour vivre dans le « ensemble ».

Rappelons-nous notre capacité à accepter de ne pas savoir, à mettre la recherche et le soin au centre de ce combat. Rappelons-nous nos prises de conscience, nos désirs de faire évoluer les choses, notre envie de reconstruire. Souvenons-nous de notre capacité à retrouver l’émerveillement face à la nature qui reprend ses droits. Rappelons que nous avons retrouvé respect et volonté de protection pour le monde qui nous entoure.

« Le propre de la solidarité c’est de ne point admettre l’exclusion. »

Victor Hugo

Durant cette période nous avons été surpris de ce qu’il était capable de naître ente nous : ces actions individuelles, collectives et associatives, qui ont permis de maintenir le lien avec les plus fragiles, les plus isolés, les plus âgés… Regardons ces petits gestes qui ont permis à ceux qui n’avaient plus, peu, rien, de continuer à (sur)vivre.

Regardons ces échanges que nous avons su recréer, par le biais d’outils numériques, pour nous rapprocher, nous voir et nous entendre.

Regardons notre capacité à nous questionner sur aujourd’hui et sur ce que l’on choisira ensemble, pour bâtir la société de demain.

« On ne peut comprendre la vie qu’en regardant en arrière, on ne peut la vivre qu’en regardant en avant. »

Kierkegaard

Et dans tout cela….

Que dire de nos enfants, courageux et volontaires….. Les rires des copains, le parfum des couloirs de l’école, les récréations joyeuses, la voix de la maîtresse …. Tout a été stoppé net et ce qui se dessine pour le moment, reste en pointillés …

Que dire de leur questions justes et sincères, de leur formidable capacité d’adaptation.
Que dire de ce qu’ils nous ont appris de la patience, de ce qu’ils nous ont conduit à retrouver.

Que dire du temps qu’ils nous ont (ré)appris à prendre, pour ne plus en perdre

« Conscience signifie d’abord mémoire. »

Henri Bergson

Alors, aujourd’hui et pour demain ….

Malgré les drames, les peurs, les doutes, la colère, le flou, …
Malgré le « avant » que l’on croyait certain et le « demain » que l’on a pas encore apprivoisé…
Malgré ce qu’il restera de tragique, malgré ce qui s’annonce difficile dans les temps à venir…

Conservons en nous ce bilan positif …

Face à ce que ce virus a ôté, restreint, abîmé, bousculé, emprisonné…

Nous avons su retrouver, partager, questionner, regarder, ressentir, agir, respecter, avancer…

Du beau, du sincère, et de l’essentiel, nous en avons trouvé.
Nous en avons construit.
Nous en avons recréé .

Nous nous en sommes donné les moyens.

Soyons fiers de ce que nous avons réalisé.
Conservons cette belle énergie collective pour traverser ce qui est et ce qui s’annonce .

Sans naïveté, en conscience, la mémoire vive et l’esprit ouvert, prenons appui sur ce que nous avons su faire naître, ensemble, de meilleur pour chacun, et pour tous.


Un commentaire sur « Humeur : du positif malgré tout »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.