Notre quartier change. De nouvelles résidences se construisent, un arrêt de la future ligne de métro est prévu place de l’Ormeau. Bref, il se densifie. Si la moyenne d’âge était plus élevée il y a encore 10 ans, elle s’est abaissée aujourd’hui à 40 ans (source : kelquartier.com). De quartier résidentiel un peu éloigné de l’hyper centre (qui se rappelle du bus 70 qu’il fallait attendre pendant 25 min ?!), le quartier Pont des demoiselles – Ormeau est devenu un quartier aux offres très citadines, complètement intégré au centre ville. De ce fait, les commerces qui s’ouvrent petit à petit tout au long de l’avenue Saint-Exupéry apportent une réponse à ce mode de vie plus urbain, tourné vers la rue.

Si certains peuvent être nostalgiques des maisons et leurs grands jardins fleuris qui bordaient l’avenue il y a encore quelques années, nous pouvons nous réjouir par contre des nouvelles propositions street food qui apparaissent et nous permettent de jouir d’une cuisine du monde à emporter sans avoir à faire appel à Uber !

Restaurant Safran

Street food du monde

Séoul, restaurant coréen

Avez-vous remarqué ce changement d’enseigne presque en face de l’école ? Le restaurant Aux secrets de grand-mère, véritable institution du quartier, a laissé place à un restaurant coréen. Séoul existait avant la pandémie en centre-ville, rue Pargaminières. Malgré la situation actuelle, Séoul a réouvert ses portes dans notre quartier pour notre plus grand plaisir !

Les volets bleus de Séoul



Au menu, le traditionnel Bibimbap. C’est le plat coréen par excellence ! Du bœuf mariné, du riz, des petits légumes et un œuf au plat. Chaque ingrédient bien séparé les uns des autres, tout l’intérêt étant de tout mélanger avec les sauces qui accompagnent au moment de déguster.
A découvrir également : les plateaux repas composés de riz et du plat du jour (viande marinée, caramélisée ou poêlée), assortis de l’entrée du jour, plus de l’omelette en rouleau, légumes et kimchi (choux coréen épicé).
Ce qu’on a aimé : l’accueil adorable de la patronne qui nous explique tout avec amour, et le fait que l’on peut proposer le Bibimbap à nos p’tits loups : enfin de la street food équilibrée ! Et mention spéciale pour les contenants entièrement recyclables !

Safran, restaurant perse

J’ai eu la chance de tester ce restaurant le jour du nouvel an iranien (le jour du Printemps). Ce jour-là, une grande table ornée de poupées en costumes traditionnel décorait l’entrée du restaurant. Dessus, des petits bols remplis d’ingrédients commençant par la lettre « s » en iranien, représentaient les différentes choses de la vie que l’on peut se souhaiter (la santé avec l’ail, la fertilité avec les œufs, mais aussi le rouge du soleil levant avec le safran ! )



Safran, c’est une histoire de famille. Les parents en cuisine, le fils et la fille côté clientèle. Propriétaires de restaurants analogues à Tarbes, puis Pau, ils ont ouvert dans le quartier depuis l’automne 2020. Là encore, on salue le courage de ces restaurateurs qui se lancent en pleine crise sanitaire.
Au menu, une cuisine savoureuse qui ne ressemble ni à la cuisine du Maghreb, ni à la cuisine asiatique. Nous sommes bien à la croisée entre l’Orient et l’Occident, avec des plats pleins de saveurs subtiles, parfumés mais non épicés. Ici, le safran bien sûr est roi, mais la cannelle et les fruits secs sont également très utilisés.
Avec une carte suffisamment étoffée pour qu’il y en ait pour tous les goûts, voilà de quoi y retourner quelques fois et découvrir à chaque fois de nouvelles spécialités !

Borani et Kashke Bademjan


On a goûté : En entrée, le Kashke Bademjan (sorte de purée d’aubergines à tartiner, idéal en apéro !) et le Borani (épinards et yahourt qui apporte une touche de frais : c’est une entrée, mais délicieux avec le riz). Côté plat, nous avons testé le Zereshk Polo & Morgh (poulet et riz aux baies d’épines-vinette) et le Khoresht Bademjan, plat traditionnel à base de veau, tomates et aubergines servi avec du riz.
On a aimé : la gentillesse de la fille des propriétaires (ancienne animatrice de Clae), les saveurs subtiles qui nous font véritablement voyager.

Petit à petit notre quartier change, mais cela nous ravit lorsqu’il nous apporte des nouveautés qui nous font voyager d’un coup de trottinette !

Et vous, quelles sont vos petites adresses préférées dans le quartier ?

Mandou, raviolis coréens

Infos pratiques :

Séoul, 180 avenue Saint-Exupéry. Ouvert du mardi au samedi midi et soir, ouvert le dimanche midi.

Safran, 18 avenue Saint-Exupéry. Ouvert du lundi au samedi, midi et soir.


3 commentaires sur « Vie de quartier : les nouvelles propositions street food »

    1. Ah! Le Bouche-à-Louche c’est un de nos préféré ça c’est sûr ! On avait d’ailleurs fait un article à retrouver dans Vie de quartier 😉

      J’aime

    2. Goûtez à cette cuisine iranienne raffinée et vos papilles seront non seulement en fête mais elles vous pousseront avec insistance à y revenir.
      De plus, l’accueil chaleureux du Chef vous donnera une idée de la courtoisie Persane!

      J’aime

Répondre à Renan Le Mouel Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.