Aux directeurs et directrices,
Aux institutrices et instituteurs,
Aux enseignants et enseignantes,
Aux ATSEM et aux AESH,
Aux animateurs et animatrices,
A l’ensemble des équipes éducatives,
A vous, la deuxième famille de nos enfants.

Aujourd’hui, je ne maugréerai pas parce que vous faîtes grève.

Aujourd’hui, je ne pesterai pas sur le fait qu’il faille que j’organise mon temps de travail parce que mon enfant n’a pas classe, pas cantine, ou pas de service de garderie.

Aujourd’hui, j’ai lu ce texte relayé par vos différents syndicats et j’ai réalisé le quotidien, le vôtre, depuis deux ans… (même si dans les faits, votre souffrance est là depuis de nombreuses années) alors qu’égoïstement je n’ai souvent pensé qu’au mien (comment je m’organise, qui peut me garder mon enfant…).

Si le mot adaptabilité devait avoir un orchestre, vous en seriez le chef… de protocoles en protocoles, d’informations en désinformations, vous avez été, durant ces deux dernières années, bien plus que ce que pour certains d’entre vous, votre concours difficile (désormais accessible à Bac +5) de la fonction publique ne vous octroie.

A vous, personnel de l’éducation nationale, je voudrai vous dire, que nous, parents, comprenons votre fatigue, votre lassitude et votre désarroi face à ces mesures que l’on vous impose et qui, si elles ne sont incompréhensibles, sont pour le moins inapplicables.

A vous, personnel de l’éducation nationale, je voudrai vous dire que nous, parents, si maladroits que nous puissions l’être, et peut être même parfois ingrats, nous vous sommes profondément reconnaissants d’emmener nos enfants, là, où nous, parents, ne pouvons aller, car la transmission de savoirs c’est un métier.

A vous, personnel de l’éducation nationale, je voudrai vous dire, que nous, parents, sommes admiratifs de vos sourires cachés derrière vos masques, de votre capacité 4 jours et demi par semaine, 8 heures par jour, à laisser le caractère anxiogène de la situation sanitaire à la grille de l’école, alors que vous êtes, comme nous, parents, citoyens, humains…

Enfin, directeurs, directrices, instituteurs, institutrices, enseignants, enseignantes, AESH, ATSEM, animatrices, animateurs : merci.

Merci pour ce que vous accomplissez.
Merci pour votre soutien auprès de nos enfants.
Merci pour votre professionnalisme.
Merci pour votre éthique.
Merci de continuer quand les moyens qui vous sont donnés vous soufflent d’abandonner.
Merci de permettre à nos enfants de pouvoir grandir et se construire dans cette société qui est tant décriée.

Aujourd’hui, nous, parents, voudrions vous dire que vous êtes la seule personnification de ce principe de l’école française qui veut que la République n’abandonne pas ses enfants, aujourd’hui nous pouvons le clamer : « Directrices, directeurs, institutrices, instituteurs, enseignants, enseignantes, AESH,ATSEM, animatrices, animateurs, eux, n’abandonnent pas leurs enfants ! »

2 commentaires sur « Merci : lettre ouverte »

Répondre à jennifergac Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.