Nul besoin de rappeler l’importance de la lecture dans la construction de l’individualité et de l’identité d’un enfant. Certaines études ont même démontré que le fœtus, indépendamment de l’aspect vocal, serait sensible à la lecture d’histoires in utéro.

Dès le plus jeune âge, la lecture d’albums s’instaure comme un rituel dans la vie d’un enfant. S’il est un rituel du coucher, il accompagne également l’enfant dans son quotidien, à la crèche, chez la nounou, puis dès son entrée à l’école maternelle, le rituel de la lecture est introduit en classe.

Si la lecture permet de développer le langage, la compréhension, le vocabulaire, elle permet également, et surtout, d’éveiller la curiosité, de cultiver le rêve et l’imagination.

Il est parfois difficile de s’y retrouver parmi la multitude d’albums et d’ouvrages dans les rayons des bibliothèques comme dans ceux des librairies. Il y a bien évidemment les livres des héros préférés des enfants, qui évoluent avec l’âge, mais qu’en est-il des autres ? Existent-ils des ouvrages qui traversent l’épreuve du temps et peuvent accompagner l’enfant dans la construction de son identité?

Aujourd’hui, j’ai décidé de vous présenter trois albums, qui à l’image du Petit Prince de Saint-Exupéry, peuvent accompagner l’enfant dans sa construction, des albums qui véhiculent des messages d’espoir, d’envie et de confiance et qui pourront être compris, maturés et développés. Des livres qu’on lit et appréhende de manière différente à 5, 8 ou 10 ans (et même au-delà).

Peut-être, écrit par Kobi Yamada et illustré par Gabriella Barouch

« Une histoire sur les talents infinis de chacun d’entre nous »

La quête du sens traverse les générations et n’est en rien le privilège des adultes. Combien de parents ont traversé cette phase du « et pourquoi » « et comment » ? Très vite, l’enfant s’interroge sur le monde qui l’entoure et dans lequel il évolue. Si entre 2 et 3 ans, les questions concernent les activités quotidiennes, dès l’entrée en maternelle, celles-ci évoluent, ne serait-ce que « Pourquoi faut-il aller à l’école ? », la réponse « parce que c’est obligatoire », n’ayant aucune résonnance chez l’enfant qui intègre un groupe dans lequel il se doit de respecter règles, activités…

Le livre de Kobi Yamada est un trésor…

« T’es-tu déjà demandé pourquoi tu étais là, en ce monde ? », c’est par cette interrogation que débute l’ouvrage. C’est alors une invitation à se découvrir, à comprendre ce qui habite l’enfant, à lui donner confiance et envie de réaliser ses aspirations les plus profondes.

Le livre nous emmène en voyage, le plus beau des voyages, la quête de soi, en conseillant à l’enfant de toujours emporter ses espoirs et ses rêves parce que « ta vie t’appartient ». Au fur et à mesure des pages, l’anaphore « peut-être » ouvre le champ des possibles, « peut-être aideras-tu les autres à voir la beauté qu’il y a en chaque jour », « peut-être prêteras tu ta voix à ceux qui n’ont pas les mots pour se défendre ». Kobi Yamada développe également le caractère non linéaire de la vie, les doutes, les chutes, les chemins sinueux mais desquels on se relève toujours. L’auteur met en exergue le potentiel que chaque enfant porte en lui et qu’il doit faire éclore, car quelque part, quelqu’un l’attend.

Ce livre est un véritable coup de cœur, et s’adresse à tous, enfants comme adultes.

Kobi Yamada, Peut-être, Ed. Le lotus et l’éléphant, 2021

Un jour, j’ai eu une idée, écrit par Kobi Yamada et illustré par Mae Besom

« Cette histoire s’adresse à tous ceux, grands ou petits, qui, un jour, ont une idée en apparence trop ambitieuse, trop originale ou trop complexe »

On retrouve ici la plume de Kobi Yamada. Encore une fois, l’auteur nous emporte dans un tourbillon de questionnements, cette voix intérieure qui prend la forme d’idées, mais qu’on se refuse parfois d’écouter.

Il est ici question de confiance : confiance en soi, en son potentiel, en ses idées, quand bien même celles-ci paraissent farfelues, irréalisables ou ridicules aux yeux des autres. Quand on y pense, lorsque Neil Armstrong posa le pied sur la lune, sa première idée avait-elle été acceptée comme un geste qui changerait l’histoire de l’Humanité ?

« L’idée » est le ménestrel de cet ouvrage, elle accompagne un personnage magnifiquement illustré tout au long de l’album. D’abord laissée de côté, car difficile de la comprendre, l’enfant apprivoise petit à petit son idée, se l’approprie, en prend soin, la défend, la met en œuvre parce que s’approprier son idée c’est aussi pouvoir se réaliser, et l’accomplissement de soi est sans nulle doute le graal d’une vie. Le personnage de Kobi Yamada le réalise « j’ai compris ce qu’on fait avec une idée… On change le monde ».

Kobi Yamada, Un jour j’ai eu une idée, Ed. Le Lotus et l’éléphant, 2021

Les victorieuses ou le palais de Blanche, écrit par Laetitia Colombani et Clémence Pollet

« Une merveilleuse histoire de persévérance, d’entraide et d’espoir »

On ne présente plus Laetitia Colombani qui a rencontré un franc succès avec son best-seller Les victorieuses, dont cette histoire est adaptée.

Dans cette ouvrage, on découvre Sumaya âgée de 5 ans, qui, pour fuir la violence de son pays, s’installe avec sa mère dans le Palais de Blanche à Paris. Elle découvre alors l’histoire de cette bâtisse, des femmes qui y vivent et surtout l’histoire d’une jeune fille au caractère fort, qui fera de sa vie une lutte pour aider les plus démunis et qui parcourra les continents pour offrir l’espoir et le bonheur à des femmes, dans une société patriarcale et aristocratique.

Ce livre n’est pour autant une ode au féminisme, il est certes un appel à la solidarité mais il est surtout un hymne de courage et de persévérance, poursuivre ses rêves en donnant vie à ses idées au-delà du carcan parfois imposé par la société car Sumaya « se dit qu’un jour, elle aussi aimerait faire quelque chose pour les autres. Elle ne sait pas encore quoi. Elle a le temps d’y réfléchir… »

Laetitia Colombani et Clémence Pollet, Les Victorieuses ou le palais de Blanche, Ed. Grasset et Fasquelle, 2021.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.